ANPER-TOS

Association Nationale pour la Protection des Eaux & Rivières Truites, Ombres,Saumons

Espèces menacées

MIGRATEURS EN BRETAGNE

ANPER-TOS est représentée au sein du groupe technique en amont du COGEPOMI (Comité de gestion des poissons migrateurs).

Notre rôle en Bretagne est de contribuer à la cohérence des programmes de gestion des espèces menacées et de formuler des propositions pour la protection des migrateurs amphihalins présents sur le territoire du COGEPOMI Loire Bretagne.

ESPECES MENACEES

Tableau récapitulatif des espèces menacées

Anguille européenne : les efforts engagés par la France pour réduire les causes de mortalité et reconstituer le stock ne sont pas à la hauteur.

Pour ce faire, il convient, d’une part, de sensibiliser l’ensemble des acteurs concernés par la reconstitution du stock d’anguilles (pêcheurs professionnels, pêcheurs amateurs, associations de protection des poissons migrateurs, hydrauliciens, agences de l’eau, membres des comités de gestion des poissons migrateurs (COGEPOMI), etc…) et, d’autre part, de préciser le montage et le financement des projets portés par les acteurs.

Un nouvel appel à projets a été lancé du 1/06/2018 au 30/07/2018 afin  de financer la réalisation d’un certain nombre de projets de repeuplement dans six unités de gestion de l’anguille pour la campagne de pêche 2018/2019. Le montant maximal des opérations, sous réserve des disponibilités budgétaires, est fixé à 2 000 000 €.

Ce  budget important est consacré aux projets éligibles en septembre 2018. Les résultats devront démontrer l’efficacité des mesures de restauration des populations de l’anguille européenne dont les effets ne pourront être constatés qu’à long terme à l’horizon de 2020 voire 2022…

SANS PLUS ATTENDRE IL EST URGENT DE PRENDRE DES MESURES CORRECTIVES ET DRASTIQUES SUR LE TERRITOIRE NATIONAL.

L’objectif est d’assurer un retour en mer des anguilles argentées à un taux équivalant à au moins 40 % de ce qui aurait été observé si le stock n’avait subi aucune influence de l’action de l’homme.

  • Interdire la pêche récréative de l’anguille aux engins et aux lignes.
  • Interdire tout prélèvement par la pêche professionnelle maritime et fluviale, c’est-à-dire d’anguilles adultes et de civelles destinées à la consommation (rachat des licences professionnelles)..
  • Réduction de la mortalité au stade civelle, adulte (jaune ou argentée).
  • Encadrer et surveiller l’activité de pêche commerciale pour le repeuplement (rachat des licences professionnelles).
  • Éradiquer le braconnage.
  • Rétablir le franchissement sur les obstacles ROE plus de 90 000 obstacles recensés prioritaires de classe 2 est obligatoire dans les 5 ans après la publication des listes.
  • Résoudre les dommages causés par les turbines hydroélectriques (arrêt des centrales, mises aux normes , espacement des grilles, ect..).
  • Faciliter le franchissement des rivières et améliorer les habitats aquatiques et la qualité des cours d’eau (pollutions accidentelles et diffuses).
  • Lutter contre les prédateurs.
  • Favoriser et développer l’aquaculture.
  • Limiter l’impact du changement climatique  (pompage,irrigation,asséchement des rivières).

En réponse à la consultation sur l’ Arrêté portant définition, répartition et modalités de gestion du quota d’anguille européenne (Anguilla anguilla) de moins de 12 centimètres pour la campagne de pêche 2018-2019.

–  Compte tenu du statut UICN d’espèce en danger  confrontée à un risque élevé de disparition, considérant que le cycle de vie d’une anguille est de 10- 12 ans et que les objectifs des  précédents PGA 2010-2015, dont les effets des mesures ne pourront être constatés qu’à long terme à l’horizon de 2020 voire 2022,

–  Considérant que depuis 2009, l’espèce est également protégée de la surexploitation par la Convention de Washington (appelée CITES) relative au commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

Nous considérons comme inacceptable et irresponsable les articles ci-dessous.

Article 1er

Le quota d’anguilles de moins de 12 centimètres destinées à la mise à la consommation est de 26 tonnes, dont 22 620 kg sont attribuées aux marins pêcheurs, pour la saison de pêche entre le 1er novembre 2018 et le 25 mai 2019. Par consommation, on entend la consommation en l’état et la consommation après élevage de l’anguille de moins de 12 centimètres.

Article 6

Un transfert de quota d’anguilles de moins de 12 centimètres, destinées à la consommation, peut être réalisé entre les UGA, les organisations de producteurs ou leurs unions, les groupements de navires et les navires non adhérents à une OP.

Un transfert de quota d’anguilles de moins de 12 centimètres, destinées au repeuplement, peut être réalisé entre les UGA, les organisations de producteurs ou leurs unions, les groupements de navires et les navires non adhérents à une OP.

Ces transferts doivent être notifiés préalablement, pour approbation, au ministre chargé des pêches maritimes par les parties concernées.

Article 7

A l’issue de la période d’autorisation de pêche telle que prévue par l’arrêté du 28 octobre 2013 relatif aux dates de pêche de l’anguille européenne de moins de 12 centimètres, si le quota de capture n’est pas consommé pour une UGA donnée, le reliquat de cette UGA peut alors être réparti entre les autres UGA pour lesquelles la période d’autorisation n’est pas encore échue.

Pour ANPER-TOS BZH

Philippe GERMAIN

 

Acronyme

  • PGA Plan Gestion Anguille,
  • UGA Unité Gestion Anguille
  • OP Organisation Producteurs « Estuaire » (Organisation Pêcheurs professionnels)
  • UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature
  • UGA Unité de Gestion Anguille
  • ROE Référentiel des Obstacles à l’Ecoulement

 

Anper-TOS © 2018 Mentions légales