Bouton adhésion
Bouton récolteur
Bouton mécénat

Catégorie : Groupes locaux

Anper,

Association Nationale pour la Protection des Eaux et Rivières est une association Nationale.

A ce titre des groupes locaux veillent, agissent au niveau régional.

Retrouvez les dossiers en cours classés par régions.

Sensibilisation à la pollution Plastique

Centre National d’Études et de Sensibilisation

à la Pollution Plastique

Piloté et créé par l’Association Nationale pour la Protection des Eaux et des Rivières ( reconnue d’utilité publique), ce centre comporte deux entités :

Un centre de ressources documentaires et bibliographiques sur la pollution plastique alimenté entre autres par les relevés effectués par ANPER depuis 2020.

Un atelier/laboratoire implanté dans un local communal permettant, à la fois, d’assurer la construction et la maintenance des bacs à rives et de mener des études sur la pollution plastique.

Le CNES2P est soutenu par plusieurs structures : des collectivités locales, des associations et des collectifs, des entreprises privées, des particuliers ( adhérents, donateurs, bénévoles,), des universités et des écoles.

Ce soutien peut être financier mais il peut également être matériel ( don de matériel de laboratoire, d’équipements, d’outillages,). Il peut également s’agir de mise à disposition de personnels, d’étudiants pour réaliser des études scientifiques sur la pollution plastique.

Plusieurs études sont déjà en cours et vont être renforcées et complétées en 2024 grâce au lancement du CNES2P :

Relevés mensuels des déchets dans les bacs à rives le long des cours d’eau en France ( près de 2500 relevés effectués en 4 ans, près de 300 bacs à rives implantés en Normandie, Charente, Pyrénées, Grand Est,…)

Mesure des différents types de plastiques récoltés.

Suivi des mesures de microplastiques dans les cours d’eau.

Suivi des mesures de plastiques dans les sédiments – recyclabilité des plastiques collectés et fabrication d’objets.

Parallèlement, des actions de sensibilisation des scolaires et du grand public sont menées dans les établissements scolaires, les festivals, les journées de sensibilisation et nous intervenons partout en France grâce aux différentes machines à recycler que nous avons acquises. Plus de 1000 jeunes sont sensibilisés par an.

Tous les déchets récupérés sont entièrement recyclés dans des filières de recyclage agréées et avec la certitude qu’ils ne seront pas enfouis, ni incinérés. Ces déchets sont achetés par les organismes de recyclage et l’argent récupéré est reversé à des associations locales ou nationales :

– Les gourdes de compote sont achetés par TERRACYCLE et l’argent revient aux scolaires qui participent à la récolte.
 
– Les cartouches d’encre sont achetés par ECOCARTOUCHE et l’argent est reversé au conseil municipal des jeunes de Sainte-Suzanne-sur-Vire.
 
– Le métal est repris par l’association K’NET PARTAGE qui reverse l’argent aux familles des enfants hospitalisés.
 
– Les stylos usagés sont repris par l’association NEUROFIBROMATOSES 50 qui reverse l’argent à la recherche médicale contre cette maladie orpheline.
 
– Le plastique est transformé sur place en objets de la vie courante revendus au profit d’ANPER TOS pour aider à l’entretien des machines à recycler.
 
– Le papier est acheté par l’entreprise ENCORE qui reverse l’argent à la coopérative scolaire du RPI de Baudre/Sainte-Suzanne-sur-Vire.

Le CNES2P accueille de nombreux stagiaires, apprentis, jeunes en Service National Universel, bénévoles, Service Civique, personnes en reconversion,… Il a vocation à former des jeunes à l’engagement associatif et à la protection de l’environnement.

Les travaux d’aménagement du CNES2P seront financés par des aides publiques ( appels à projets, subventions) et par des partenaires privés ( dons matériels et financiers, mécénat,).

La Vire sera mise à l’honneur en 2024 puisque nous profiterons de la proximité immédiate de ce fleuve pour y développer intensément nos actions ( bacs à rives, prélèvements, analyses, mesures,…) et nos déplacements se feront uniquement à vélo via le chemin de halage.

Toute personne qui souhaite participer à cette campagne peut également nous contacter.

La vélofrancette ( itinéraire à vélo longeant les fleuves entre Caen et la Rochelle sur plus de 600km) va voir son parcours jalonné de bacs à rives spécifiques.

Le CNES2P va également lancer le déploiement des bacs à rives sur l’ensemble du territoire métropolitain en déclinant ces bacs selon les spécificités locales : bacs à crues en montagne, bacs à bateaux sur les fleuves navigables,…

voir aussi l’article de POLITIS

CNES2P
6 place de la mairie
5070 Sainte Suzanne sur Vire

contact@anper-tos.fr

Déclin de l’entomofaune aquatique

Une biodiversité en péril dans les rivières karstiques

M. Hivet et JP. Hérold

Les mortalités récurrentes de poissons , spécialement des salmonidés, observées dans les rivières de Franche-Comté depuis des années ont alerté les media. Articles et photos ont fait les grands titres de la presse.  Aussi spectaculaires soient-elles, elles ne sont que la conséquence la plus visible d’une grave détérioration du milieu aquatique dont le premier signe a été l’appauvrissement de l’entomofaune aquatique.

Cette perte se manifeste par la disparition de certaines espèces (perte de diversité) et par un effondrement des populations d’insectes restants (perte d’abondance).

Cette évolution est dénoncée depuis longtemps : publications scientifiques, articles dans la revue nationale de l’ Association de protection des eaux et des rivières ANPER-TOS, informations sur les sites pilotés par l’Agence de l’eau et ses relais, l’EPAGE  établissement public d’aménagement et de gestion des eaux,  CLE commission locale de l’eau , et aux services de l’État , DREAL, DDT, DDAS, et aussi de la Région BFC, et des départements de l’arc jurassien.

Pourtant la préfecture du Doubs, après avoir été amenée à interdire la baignade et la consommation des poissons de la Loue en raison de la prolifération des cyanobactéries et des mortalités de poissons, osait encore écrire « la Loue reste une rivière de qualité » en s’appuyant  sur des valeurs d’IBGN, l’Indice Biologique Global Normalisé qui permet de caractériser l’état écologique d’une rivière en se basant sur l’entomofaune présente . C’est une méthode standardisée utilisée en hydrobiologie qui apporte des informations de bioévaluation environnementale. Cependant cet indice  ne rend pas compte, ou fort imparfaitement, de la dégradation du milieu aquatique.

 On essaie de  faire dire à l’IBGN ce qu’il ne peut pas dire , et il sert alors d’alibi à ceux qui veulent nier, grâce à lui, une réalité patente.

 Sans faire une critique complète de cet indice, on peut remarquer une dérive des référentiels et  une certaine légèreté dans le choix de la famille comme taxon servant à définir les Groupes Faunistiques Indicateurs (GFI). Leur polluosensibilté est très variable à l’intérieur d’une famille et même d’un genre. Seule l’espèce pourrait être signifiante.

 En outre l’abondance d’un taxon n’intervient que fort peu dans sa validation comme GFI. Pour des espèces comme celles citées ici, autrefois extrêmement abondantes, ce n’est qu’au voisinage immédiat de l’extinction que leur déclin pourrait être pris en compte par l’IBGN.

Enfin la quantité d’insectes produits sur une portion de rivière est directement fonction de la surface susceptible d’être colonisée par ceux-ci. Le recouvrement de la majeure partie du lit de la rivière par des algues qui n’y proliféraient pas il y a 30 ans suffirait à expliquer la baisse des effectifs d’insectes vivant sur les pierres et les sédiments du fond ou sur les bryophytes (mousses fontinalis )  aussi affectées par la prolifération algale. Mais d’autres facteurs sont à prendre en compte.

Il ne suffit pas de dire que les taux de nitrates et phosphates respectent des normes quand on constate que le milieu naturel ne les supporte pas. Il faut avoir le courage de les remettre en cause et rechercher tous les moyens de les réduire.

LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE

Le Saumon Breton, le début de la fin?

Les populations bretonnes de saumon atlantique semblaient jusque-là relativement à l’abri des difficultés majeures. Même si nous étions loin de l’abondance passée, même si des événements de pollutions « accidentelles » se faisaient régulièrement et lourdement sentir, même si le Blavet et l’Aulne étaient laissés dans l’incapacité d’exprimer leur plein potentiel, les populations se maintenaient dans l’ensemble.

Le Scorff dans la forêt de Pont Calleck

Les outils de suivis quoique sous-dimensionnés (on regrette par exemple le manque de stations de comptage, seulement trois cours d’eau en étant pourvus !) permettaient néanmoins d’envisager un avenir dans la continuité, à défaut d’être brillant. L’indicateur le plus régulier à l’échelle régionale restait celui des indices d’abondances en juvéniles, un marqueur de la qualité de la reproduction et des capacités de production du milieu. Le poisson fait même l’objet d’un pôle d’étude spécialisé en Bretagne à la station INRAE du Moulin des Princes près de Pont Scorff (56), sur la rivière éponyme, le Scorff servant ensuite de point de référence régional. L’ensemble des données scientifiques et techniques est compilé par Bretagne Grand Migrateurs qui met ses rapports et publications à disposition du public sur son site . L’ensemble des décisions de gestion des stocks est élaboré en COGEPOMI et, pour celles qui sont réglementées par un arrêté préfectoral, soumises à la consultation du public  

Ces dernières années des acteurs associatifs, dont ANPER mais aussi quelques AAPPMA locales ont interpellé les décisionnaires car les Totaux Autorisés de Captures semblaient déconnectés de la réalité de terrain. On relevait des TAC supérieurs à la quantité de poissons réellement présents en rivière là où ce chiffre était connu. Qui plus est, l’objectif de protection prioritaire des saumons de printemps était ouvertement bafoué, permettant ainsi la capture de la moitié voire plus de ces poissons (à 80 % des grosses femelles). In fine, aucune Limite de Conservation [1] précise n’était définie et l’approche précautionneuse recommandée par l’Organisation de Conservation du Saumon de l’Atlantique Nord n’était pas respectée. Cette problématique a mené en 2019 à l’élaboration du projet RENOSAUM dont le but était de réajuster les TAC en proposant une limite de conservation par bassin, associée à un risque statistique d’atteinte de ce seuil. Les concepteurs du projet avaient clairement pointé le grand écart entre les besoins de conservation et les prélèvements par la pêche aux lignes…


[1] Limite de Conservation = stock reproducteur qui produit le surplus maximum selon l’OCSAN ; définition sujette à discussion notamment pour les stocks faibles, car l’impact des prélèvements peut être très sévère. Selon d’autres données c’est le nombre d’adultes de retour à même d’assurer un nombre de géniteurs équivalent à la génération suivante.

Recyclage des plastiques de nos cours d’eau

Anper- TOS dans ses nombreuses actions mise sur le recyclage des plastiques pour entre autre sensibiliser sur la pollution des rivières par les plastiques. Comme vous pouvez le constater en découvrant les articles ci-dessous de nombreuses démarches ont été menées.

Anper-TOS sur la brêche↗

Nos bénévoles, nos apprentis et nos stagiaires mènent de nombreuses animations scolaires tout au long de l’année et depuis l’arrivée des machines à recycler les plastiques, l’engouement se ressent.

Anper-TOS recycle le plastique de nos rivières ↗

Depuis trois ans, en Normandie et maintenant dans 8 départements, ANPER est à l’origine de la mise en place de bacs à rives. Comme les bacs à marées sur les plages, ces bacs à rives sont là pour récolter les déchets que les promeneurs, les pêcheurs, les kayakistes,… trouvent sur les berges des cours d’eau

Animation vélo broyeur↗

L’association Nationale pour la Protection des Eaux et des Rivières mène depuis 3 ans un programme de lutte contre la pollution plastique des eaux, et plus particulièrement des rivières, avec plusieurs dizaines de bacs à rive déployés le long des cours d’eau en France.(…)
ANPER-TOS s’est aujourd’hui équipée de 2 nouvelles machines conçues par l’ingénieur Thiébaut Ficht, pour revaloriser les plastiques.

Et nous continuons!

Près de 1500 objets à base de plastique des rivières réalisés en seulement 7 mois

Fin mars, l’entreprise autorecyclab de Saint Aubin du Cormier nous livrait nos deux machines à recycler les plastiques. Un vélo broyeur et une presse hydraulique utilisables par toutes et tous sont donc venus compléter notre dispositif des bacs à rives installés dans le département de la Manche. Nous sommes donc en mesure, aujourd’hui, de fabriquer des objets à partir des plastiques récupérés le long des cours d’eau et d’éviter ainsi qu’ils ne polluent.

Nos bénévoles et nos salariés apprentis ont donc parcouru la Normandie (une animation dans l’Eure, 6 dans le Calvados, 12 dans la Manche) et un peu en Bretagne (une à Dinard et une à Pleurtuit) pour animer des journées complètes ou des demi-journées. Les chiffres viennent de tomber en 7 mois (pause en aout), les machines ont fabriqué 1485 objets et ces animations ont permis de récolter un peu plus de 1300 euros à l’association.

Cette année de rodage est donc une bonne année de lancement et 2024 sera encore plus productive puisque notre planning de réservations se remplit : interventions scolaires, interventions extra-scolaires, festivals, fêtes du recyclage, … Pour amplifier ces actions de lutte contre la pollution plastique des eaux, un second jeu de machines a été positionné dans le Grand Est avec notre salarié Valentin Tautou.

Chacun de vous peut diffuser cette information et demander aux personnes intéressées de nous contacter pour que nous leur établissions un devis d’intervention.

Ces actions concrètes ont permis aux médias de (re)parler de notre association et d’anciens membres m’ont appelé depuis, pour me dire qu’ils allaient adhérer car ils pensaient que nous n’existions plus.
Les reportages 2023 sont disponibles notre chaîne YouTube  :

On parle du recyclage des plastiques par Anper-TOS

Le président