Pour adhérer ou renouveler votre adhésion

Catégorie : Continuité écologique

Barrage de Poutès optimisé

Communiqué de presse

Le 09 avril 2019, le Préfet de Haute Loire prenait un arrêté autorisant les travaux de reconfiguration du barrage de Poutès dit « nouveau Poutès optimisé ».

Nouveau projet du projet de barrage de Poutès
Nouveau Projet

Nature Haute Loire et ANPER TOS considèrent que :

Les conclusions de l’enquête publique rendues le 21 janvier 2019, favorables au projet, sont partiales car elles font largement fi des objections et inquiétudes soulevées par les diverses parties consultées vis à vis des exigences écologiques relatives à la sauvegarde du saumon de l’Allier.

Le cadre juridique d’établissement du dossier n’a pas été respecté, du point de vue des Codes de l’Environnement et de l’Energie mais aussi vis à vis du droit européen de la concurrence.

L’arrêté pris par le Préfet est donc entaché de nullité et Nature Haute Loire et ANPER TOS ont déposé ce 19 août 2019 un recours devant le Tribunal Administratif de Clermont Ferrand . En effet, l’arrêté n° BCTE 2019/43 du 9 avril 2019 autorisant les travaux de reconfiguration du barrage de Poutès inclus dans le périmètre de la concession hydroélectrique de Monistrol d’Allier, et demandent son annulation.
Nature Haute Loire et ANPER TOS comptent ainsi sur une remise à plat honnête et cohérente du projet. Celui-ci doit être en phase avec les premières expertises menées et les promesses tenues lors du Grenelle de l’Environnement, qui priorisent le saumon de l’Allier et non la production d’électricité.

Ancien projet barrage de Poutès
Ancien Projet

Il est notamment relevé :

  1. L’insuffisance de l’étude d’impact, puisque hormis la grille de dévalaison pour les smolts, aucune garantie n’est acquise en ce qui concerne le franchissement piscicole. Qu’il s’agisse de l’aménagement des périodes de transparence en accord avec les besoins biologiques du saumon, ou pour les autres espèces migratrices;
  2. Les lacunes liées à l’incidence au titre du classement Natura 2000 des gorges de l’Allier, car s’il est tenu compte du temps des travaux, rien ne vient détailler l’impact du fonctionnement de l’ouvrage ;
  3. Les irrégularités et la partialité de l’enquête publique et de ses conclusions, en particulier la volonté délibérée d’éluder les oppositions et les arguments y afférents et la confiance aveugle dans la garantie d’expertises à venir  alors que ces nécessaires expertises techniques et biologiques devraient précéder le projet et devraient poser les conditions d’exploitation ; or c’est bien l’inverse qui est établi ici;
  4. L’absence de saisine du Comité technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques ;
  5. L’absence d’étude de dangers ;
  6. L’irrégularité de l’arrêté de renouvellement de concession au regard du Code de l’environnement, en particulier l’absence de justification du choix technique, l’absence de règlement d’eau, la dégradation des masses d’eau et la non prise en compte de l’avis du public et des Agences de l’État ;
  7. L’absence d’appel d’offre, contraire au droit communautaire.

Rivière de contournement

Visite sur le terrain

Suite à la dernière assemblée générale du 15 février , nous avons pu visiter au cœur de la ville de Tours, la rivière de contournement du barrage de Rochepinard sur le Cher qui a été mise en eau en avril 2011. Cette réouverture a permis la reconquête des secteurs amonts pour les espèces migratrices, comme les anguilles, les grandes aloses et lamproies marines.

Rivière de contournement
Rivière de contournement

Premiers résultats

Au printemps 2011, pour la première fois depuis la construction des barrages de Rochepinard au début des années 1970, des lamproies marines ont réussi à franchir l’ouvrage et à se reproduire plus en amont, dans le secteur de Chenonceau ( source ONEMA).

Passe à poissons sans eau à OLORON

(Photo Oloronblog)

L’échelle à poissons est à sec!

Nous ne pouvions pas rester sans réaction lorsque l’on voit ces images avec des poissons se blessant sur les parois en  croyant pouvoir continuité leur long voyage afin de pouvoir retrouver les frayères du gave d’Aspe ou d’Ossau.

En effet la passe de montaison étant a sec les poissons se dirigent vers les rejets de la micro centrale comme vous pourrez le voir  sur la vidéo ci-dessous :


Vous pouvez également lire l’article  issu de oloron blog

Problème récurent

 

Photo Massey

Ce problème récurent sur les outils de montaison n’est pas isolé sur ce cours d’eau et nous avons profité de ce courrier pour interpeller la DDT64 . (lire la suite)

Les choses ont bougé depuis l’envoi de notre courrier puisqu’ un appel téléphonique , nous a appris que la passe était à nouveau en eau depuis ce matin 3 aout, grâce aux effort des membres de l’AAPPMA d’Oloron.

 

 

 

 

 

Barrage du Theusseret

Continuité écologique concernant le barrage du Theusseret

Communiqué de presse

 


Vendredi 27 juillet, deux études ont été rendues publiques et démontrent que rien ne s’oppose à la destruction du seuil de l’ancienne centrale hydro-électrique du Theusseret.

Si des travaux de renforcement et de terrassement sur les ouvrages en rive droite devront être entrepris, les risques liés aux possibles déformations de la structure du restaurant du Theusseret et de ses annexes seront faibles. D’autre part, les analyses physico-chimiques des sédiments réalisées dans le secteur de la retenue n’indiquent aucun dépassement de valeurs-seuils.

Ces études ont été réalisées par l’Etablissement public territorial du bassin Saône et Doubs (EPTB) en France. L’arasement du Theusseret permettra la restauration progressive d’un écoulement naturel qui représente un élément paysager important typique de la vallée du Doubs. La montaison des poissons sera assurée et le fonctionnement du transport des sédiments de la rivière sera sensiblement amélioré.

Le Doubs, et notamment son cours moyen qui marque la frontière entre la France et la Suisse, constitue une zone spéciale de conservation pour l’Apron du Rhône, une espèce strictement protégée au niveau européen par la Convention de Berne. Mais, de nombreux obstacles empêchent son passage et celui d’autres espèces. Or selon les législations suisse et française, les anciens et nouveaux ouvrages hydroélectriques doivent respecter la libre migration des poissons et du transit sédimentaire. Il faut donc mettre en conformité les ouvrages infranchissables. Raison pour laquelle les autorités compétentes des deux pays ont étudié, en 2014, les solutions pour rétablir la continuité écologique sur les tronçons internationaux du Doubs. La solution favorisée consiste en une suppression complète des seuils.

«Les solutions techniques confirment donc la faisabilité d’un projet d’arasement soutenu par la stratégie de la gouvernance internationale. Il représente une mesure complémentaire importante aux autres actions entreprises par les deux pays pour retrouver une bonne qualité de l’eau et sauver les poissons du Doubs », affirme Lucienne Merguin Rossé de Pro Natura Jura.

«Avec le tourisme et la pêche notamment, la bonne cohérence entre les impératifs écologiques et les contraintes économiques montrent qu’il n’y a plus lieu d’opposer ces deux domaines comme on l’a trop longtemps pratiqué » estime Gilles Benest, vice-président de France Nature Environnement 25-90.

Compte tenu de ces résultats positifs, les associations françaises et suisses exigent que les autorités compétentes mettent rapidement en œuvre le projet d’arasement du Theusseret, ainsi que des autres seuils restants. Elles leur demandent aussi de ne pas donner suite au projet de reprise hydro-électrique récemment déposé pour la réaffectation du seuil du Theusseret. Les études démontrent qu’un maintien du seuil avec une mise en place d’une passe à poissons n’est recommandable ni d’un point de vue écologique, ni d’un point de vue économique. Pour Céline Barrelet, chargée de projet «Doubs vivant» des associations suisses Pro Natura, WWF, et Fédération suisse de pêche (FSP) ,

«Les efforts de protection entrepris par une multitude d’acteurs et l’importance de cette rivière au niveau international prouve qu’un tel projet serait une aberration.»

Rénovation de la chaussée de Saint Martory

Chaussée de Saint MartoryAlors que nous dénoncions des problèmes de continuité écologique ainsi que le non respect du débit réservé sur cette chaussée implantée dans la Garonne , un projet de rénovation et consolidation a été soumis à l’enquête publique ou vous trouverez nos observations du 15 mai 2018.

N’oublions pas qu’il existe des textes de lois:

Article L214-17
 Modifié par LOI n°2016-1087 du 8 août 2016 – art. 120

Une liste de cours d’eau, parties de cours d’eau ou canaux dans lesquels il est nécessaire
d’assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.

( Lire la suite de ce document)

Continuité écologique sur la Pique

Suite à la fermeture du site Pechiney , sur la commune de Marignac ou nous sommes aussi intervenus sur des rejets suspects  dans la Pique , cette chaussée sur ce cours d’eau juste avant sa confluence avec la Garonne , est restée en l’état .

Elle est un véritable obstacle à la libre circulation piscicole et au transit sédimentaire.

Nous avons appris en 2018 que cette chaussée appartenait  à l’entreprise Pyrénées Bois Énergies et nous lui avons donc adressé un courrier. (Lire la suite)