Pour adhérer ou renouveler votre adhésion

Catégorie : Signalements

Réforme de la PAC

Regroupés en cinq principales organisations, plus de 2500 naturalistes demandent une réforme de la PAC qui n’encourage plus l’intensification des pratiques agricoles.

Les populations d’insectes se sont effondrées de 76% entre 1989 et 2016., résument les cinq organisations scientifiques, dont l’Union européenne des ornithologues et la Fondation européenne des mammifères.

“Une augmentation des pesticides et des fréquences de fauche, l’expansion de l’irrigation et la destruction des pâturages “.

Ces organisations rappellent aux eurodéputés qu’entre 1980 et 2015 l’agriculture intensive a entraîné la diminution de 55% des oiseaux européens en milieu agricole, et 76% des insectes entre 1989 et 2016. Dans leur résumé, ces organisations déclarent que « La PAC ( Politique Agricole Commune) a conduit à une intensification des pratiques agricoles, une homogénéisation des paysages, une augmentation des pesticides et des fréquences de fauche, l’expansion de l’irrigation et la destruction des pâturages ».

Crédit photo JPJ Février 2019

Verdissement, ou « green washing » ?

“Des aides financières spécifiques pour la biodiversité dans les exploitations peuvent faire du pâturage extensif une option viable et compétitive pour les agriculteurs

Ils rappellent dans leur lettre ouverte adressée ce 5 novembre aux eurodéputés que le pseudo-verdissement engagé depuis 2014 n’a pas eu d’effets notables pour enrayer ce déclin, en particulier parce que les représentants du secteur de l’agro-business ont monopolisé les négociations. Au final, les mesures agro-environnementales du ‘’premier pilier’’ ont eu peu de résultats en matière de conservation de la biodiversité.

La cour des comptes européenne a déjà relevé en 2018 dans son analyse des perspectives de la PAC post-2020 que le texte proposé actuellement « n’envisage pas une véritable réforme de la PAC et risque même de réduire ses ambitions ».  Les associations proposent des « mesures ciblées au profit des petites exploitations pratiquant une agriculture responsable pour maintenir des terres à haute valeur écologique ». « Des aides financières spécifiques pour la biodiversité dans les exploitations peuvent faire du pâturage extensif une option viable et compétitive pour les agriculteurs ». voir le communiqué de presse de la confédération Paysanne

Selon Harriet Bradley, de BirdLife Europe, « Les preuves scientifiques parlent d’elles-mêmes. L’agriculture intensive tue la nature. Si la PAC n’est pas fondamentalement réformée en faveur de la nature, les promesses d’une Green Deal européen pour la biodiversité et le climat resteront lettre morte ».

 De son côté France-stratégie demande que soient revues les aides directes en les attribuant selon le nombre d’emplois des exploitations et non selon le nombre d’hectares.

Ecrevisse et interdiction

ANPER sur la même longueur d’onde que le préfet de la Manche

En décembre dernier, notre délégation régionale parcourait le projet d’arrêté préfectoral relatif à l’exercice de la pêche  en eau douce sur le département de la Manche. Inquiète de la possibilité donnée aux pêcheurs d’écrevisses, nous avons alerté le préfet des risques inhérents à cette pêche.
Cette ouverture généralisée incite certaines personnes à transporter et introduire ces écrevisses exogènes ailleurs pour pouvoir les pêcher au plus près de chez elles, comme l’atteste, par exemple, la dissémination de l’espèce en amont et en aval des barrages de la Sélune et à partir du foyer originel d’introduction qui est la rivière la Gance.
Or, le règlement UE n°1143/2014 (…) impose que les états membres prennent toutes les mesures nécessaires pour prévenir l’introduction ou la propagation d’espèces exotiques envahissantes et parmi les 49 espèces sur la liste de la commission européenne on retrouve justement l’écrevisse américaine, l’écrevisse de Californie et l’écrevisse de Louisiane.

Les différentes espèces d’écrevisses

Une interdiction de pêche permanente

Nous rappelions le potentiel reproducteur bien supérieur et la grande agressivité de ces écrevisses exotiques et le fait qu’elles peuvent être porteuses d’un champignon responsable de la peste des écrevisses.

Nous demandions, comme cela se fait déjà dans le Calvados, l’interdiction permanente de pêcher toutes les espèces d’écrevisses dans les eaux de 1ère catégorie et certaines de 2ième catégorie.

Le préfet a rendu public fin janvier son arrêté et il est allé dans le sens de nos demandes en interdisant en permanence toute pêche à l’écrevisse et dans tout le département quel que soit la catégorie des rivières.

Espérons que cela suffira protéger notre écrevisse à pieds blancs en état de disparition dans notre beau département de la Manche.

Les truites pourraient disparaître dans certains cours d’eau

En cause: La PKD!

Un parasite qui s’attaque plus particulièrement aux Salmonidés juvéniles met en péril la population ainsi que la  reproduction naturelle de la Truite Fario dans certains cours d’eau.

Cette maladie appelée PKD (Proliferative Kidney Disease) en Anglais ou MRP (Maladie Rénale Proliférative) en Français a été d’abord constatée en Suisse.

Elle se développe maintenant dans la région de Midi Pyrénées et plus particulièrement en Ariège.

Clichés de la colonie de Bryozoaires (Fredericella sultana) trouvée morte dans l’Oriège prés de sa confluence avec l’ Ariège.

 

Le constat:

C’est après l’effondrement piscicole dans la rivière Ariège  depuis 2007 entre Ax les Thermes et Savignac les Ormeaux que la fédération de pêche de ce département s’est inquiétée de la disparition des populations de Truites fario et en particulier des jeunes poissons. Des poissons morts avaient été retrouvés sur la partie amont et c’est malheureusement en 2016 que les études ont permis de confirmer la présence de cette maladie.

Le Collectif Clubs Mouche 31 parle également de cette maladie qui touche nos cours d’eau en avertissant les pêcheurs sur les précautions à prendre afin d’éviter d’éventuelles risques de contamination d’autres cours d’eau.

Différents médias s’alarment de la situation:

La depeche

La dépêche dans un article aborde le problème avec l’association Apra le Chabot .

France bleu

Anper-TOS est interviewé France bleu

Les pêcheurs de l’Ariège sont inquiets. La population des salmonidés, en particulier des truites, se réduit drastiquement depuis plusieurs années dans la rivière éponyme“.  https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/le-nombre-de-truites-en-chute-libre-dans-l-ariege-en-raison-d-une-maladie-causee-par-des-parasites-1534005803

France info

“Face à l’effondrement drastique de la population des salmonidés dans les eaux du département, la fédération de pêche de l’Ariège compte lancer”.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/ariege/foix/ariege-nombre-truites-coule-flot-1525744.html

Nous  tenons à rajouter que les débits réservés trop faibles sur certains cours d’eau nous semblent être un facteur aggravant pas assez pris en compte dans les différents médias qui abordent la question.

Dernières nouvelles

Nous avons appris que cette maladie aurait été signalé dans un cours d’eau du département de la Lozère.

 

 

Rejets non conforme dans la Neste d’Aure

Rejets non conforme d’une station d’épuration dans la neste d’Aure

Rejets non conforme dans la neste d’Aure

Après les rejets directs des WC d’une patinoire dans la Neste d’Aure ,  nous constatons maintenant qu’une Station d’épuration entre Arreau et Sarrancolin déverse des rejets non conforme à la réglementation dans cette rivière. (voir la suite)

Passe à poissons sans eau à OLORON

(Photo Oloronblog)

L’échelle à poissons est à sec!

Nous ne pouvions pas rester sans réaction lorsque l’on voit ces images avec des poissons se blessant sur les parois en  croyant pouvoir continuité leur long voyage afin de pouvoir retrouver les frayères du gave d’Aspe ou d’Ossau.

En effet la passe de montaison étant a sec les poissons se dirigent vers les rejets de la micro centrale comme vous pourrez le voir  sur la vidéo ci-dessous :


Vous pouvez également lire l’article  issu de oloron blog

Problème récurent

 

Photo Massey

Ce problème récurent sur les outils de montaison n’est pas isolé sur ce cours d’eau et nous avons profité de ce courrier pour interpeller la DDT64 . (lire la suite)

Les choses ont bougé depuis l’envoi de notre courrier puisqu’ un appel téléphonique , nous a appris que la passe était à nouveau en eau depuis ce matin 3 aout, grâce aux effort des membres de l’AAPPMA d’Oloron.

 

 

 

 

 

Rejets suspects dans l’Ourtau

Premier signalement

Suite à un appel téléphonique concernant  des écoulements suspects provenant d’une carrière lors de forte pluies se déversant dans un cours d’eau nommé l’Ourtau, et quelques photos prisent sur place , nous avons décidé d’avertir la DDT 64  le 11 avril 2018. Comme vous pouvez le constater en regardant les clichés ci-dessous les écoulements en question provenant d’une carrière étaient effectivement suspects! ( Lire l’intégralité du courrier envoyé à la DDT 64)

 

Deuxième signalement.

Des travaux ont été réalisés par l’entreprise mais  comme vous pouvez le constater ci dessous l’orage du 18 juillet  démontre l’inefficacité de ceux-ci .

Un deuxième courrier sera envoyé à la DDT64 et aux instances concernées.( voir le courrier)

 

Cet article vous plaît: Partagez le.