Convocation Assemblée Générale Ordinaire

Samedi 16 février 2019

Salle Espace Jacques Villeret
11 rue de Saussure

Tours

LUX   Le 16 janvier 2019

Accueil assuré à partir de 9H30 par le Groupe Local val de Loire

  • Contrôle des présences et pouvoirs. vente billets Tombola

Ordre du jour

  • Propos de bienvenue et présentations.
  • Présentation des membres du Conseil d’administration actuel, des activités principales des délégations régionales basse  Normandie, Pyrénées, Franche Comté et Centre val de Loire.
  • Présentation  de l’agence de l’eau et du comité de bassin par Bernard Rousseau, administrateur de l’agence Loire Bretagne..
  • Situation des migrateurs en France (notre déposition à la consultation Publique).
  • Intervention de de Vincent Vauclin (AFB) sur la continuité écologique.

Temps de pause et éventuelle visite de terrain avec un encas à menu unique. A la charge de chacun.

  • Rapport moral et d’activités du  Président. Objectifs et projets 2019. Groupes de travail à renforcer.
  • Rapport financier 2018 du Trésorier. Quitus de gestion. Etat des lieux des adhérents.
  • Budget prévisionnel 2019.
  • Candidats au conseil d’administration et élection du nouveau secrétaire en remplacement de Patrick CAUCHI : candidature de Raphaël AMAT, actuel secrétaire par intérim.
  • Présentation et soumission à validation du projet de nouveaux statuts,  approuvés  par le Conseil d’Etat dans son avis du 19 juin 2018 et adoptés en Conseil d’administration (à consulter ici).
  • Point sur les affaires juridiques.
  • Questions diverses.
  • Clôture de l’Assemblée générale vers 17 heures et Tirage Tombola.

lots tombola

Canne à saumon 15 pieds soie 10/11 3 brins (transformable en 6 brins )

 Pezon et Michel 8’ CCC Light 8’ # 5

 J. DE LESPINAY Refendu 8’6 3 brins # 5

Canne Switch Stillwater 9’6 # 6-7

Livres : Falkus, Moss, Favard, Gierach, Gaidy, Clostermann, Fromm, Macchioni, de Lespinay, Menquet….

*****

1789-2019 : de la Bastille … aux Bastilles

Le monde dans lequel nos civilisations, dites modernes, évoluent, semble découvrir avec une certaine candeur, l’urgence d’une situation prévisible et connue de longue date quant à l’impact sur les climats, des activités humaines à l’échelle planétaire.
Les rapports et les déclarations alarmistes des milieux scientifiques depuis plus de 25 ans ont été considérés, par les politiques qui se sont succédés dans le même temps, comme des élucubrations de prédicateurs de mauvais augure.
Les événements sociaux qui ébrouent quelque peu notre pays depuis quelques semaines, prouvent si il en était besoin, indépendamment du volet économique, de l’intérêt, que porte la population à « l’écologie » et de son souhait d’un environnement de qualité.

Pour rappel, ce droit à un environnement sain est inscrit dans la Charte Constitutionnelle des droits de l’Homme depuis 2004.
Pierre Rolet, un grand Président de notre Association écrivait en Mars 1989 ; “Devant tant de citadelles intérieures ou extérieures à la pêche, faut il pour les abattre, refaire la Révolution et mettre la France à feu et à sang ? T.O.S ne le croit pas et veut seulement sauver notre patrimoine naturel. Il n’empêche que lorsqu’on révisera la Charte des Droits de l’Homme, point culminant de la Révolution, il faudra tenter d’y faire ajouter le Droit a un environnement sain mais ce droit pour lequel nous luttons reste encore tout entier à conquérir”.

Pour rappel également  préambule et ses Articles 1er et second :

Le peuple français, considérant:

  • Que les ressources et les équilibres naturels ont conditionné l’émergence de l’humanité ;
  • Que l’avenir et l’existence même de l’humanité sont indissociables de son milieu naturel ;
  • Que l’environnement est le patrimoine commun des êtres humains ;
  • Que l’homme exerce une influence croissante sur les conditions de la vie et sur sa propre évolution ;
  • Que la diversité biologique, l’épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l’exploitation excessive des ressources naturelles ;
  • Que la préservation de l’environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation ;
  • Qu’afin d’assurer un développement durable, les choix destinés à répondre aux besoins du présent ne doivent pas compromettre la capacité des générations futures et des autres peuples à satisfaire leurs propres besoins,

Proclame :

  • Article 1er: Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.
  • Article 2: Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement.

Un Etat déficient…

Le Président Rolet en a été ravi, et nous tous également, mais qu’en est-il de son application dans les faits ? Nous en sommes aujourd’hui à attaquer notre propre Etat déficient, pour lui demander de bien vouloir respecter ses propres textes.

Le patrimoine naturel que représentent les milieux aquatiques est agressé de toute part avec une complaisance souvent bien déconcertante de la part de bien des acteurs qui ont la charge de participer à leur défense.

A l’exception de quelques uns, bien trop rares et isolés, et pourtant pleins de bon sens, les dirigeants de la pêche officielle semblent se satisfaire de la situation et leurs institutions autant de bastilles bien trop peu enclin à défendre l’Eau et les Rivières.

Salmo Salar et les Gaves Pyrénéens

Saumon Atlantique

Une pêche qui fait rêver

Si la pêche du saumon fait rêver la majorité d’entre nous, peu de personnes savent que  dans le Bassin versant d’Adour Garonne, en  BEARN et BIGORRE (Pyrénées Atlantiques, Hautes Pyrénées) existent 3 rivières où se reproduisent  encore de beaux saumons. C’est là que se capturent tous les ans les plus gros saumons français :

Le gave d’Oloron

Il  est composé des gaves d’ASPE et d’OSSAU, qui prennent leur source dans le massif du Pic du Midi D’OSSAU et bénéficient encore de grandes réserves de neige.

Gave d'Oloron
le Gave d’Oloron

C’est le « grand Gave », puissant, mystérieux et fantasque. Les différentes techniques de pêchent s’y côtoient sur  tout son parcours jusqu’au 15 juin. Ensuite la partie amont de NAVARRENX à OLORON est réservée à la pêche à la mouche fouettée au grand dam d’un groupe de « grincheux ».

L’eau bleue/vert et limpide de ce Gave en temps normal, est magnifique et rare sont les pêcheurs qui ne se soient laissé séduire par elle. Les remontées sur l’OLORON sont assez fluctuantes mais cette année, seuls 1759 poissons sont remontés, soit légèrement moins que l’année précédente (voir les bilans).

Le gave de Mauléon ou Saison

Il vient du Pic d’ANIE, c’est le petit gave, il est très agréable à pêcher et ses postes sont le domaine de spécialistes locaux, parfois jaloux de leurs « coins » secrets. Le verrou qui existait en partie au barrage de CHARITTE est désormais levé et du fait d’une nouvelle et moderne passe, les saumons et les truites de mer montent (582 semble-t-il en 2018).

Le gave de Mauléon
Le Saison ou Gave de Mauléon

Le gave de Pau

Il prend naissance au pied des trois grands glaciers, Gavarnie Ossou, Vignemale, Balaïtous. La réintroduction est en passe de devenir réussite, les retours sont  nombreux  (1115 au dernier comptage à ARTIX) , la reproduction naturelle entre Lourdes et la digue aval du lac des gaves à Argélès Gazost est bien réelle, même surprenante. Mais déjà des « ânes » et  braconniers pêchent « les blanches et les brochets » en deuxième catégorie. nous venons d’être informés que des juvéniles viennent d’étre capturés en amont du lac des gaves. (Diables de poissons, mais comment faites vous ? votre force de vie est extraordinaire).

lire la suite

Activité coordination ANPER 65

Coordination 65 ;  Gave de Pau, Adour, Neste.

ANPER-TOS 65

Saint Savin le 29 Décembre 2018

« Notre devoir ; transmettre une eau de qualité à nos enfants et petits enfants. »

Jean Charles RAUST Anper65@orange.fr

Chers amis adhérents,  sympathisants, serviteurs de l’état, responsables d’ « OIKOS ».

Compte rendu d’activité de la coordination des Hautes Pyrénées en 2018.

L’activité de 2018 a confirmé  une AG et AGE;  un nouveau CA  a été nommé en juin 2017 ; Jean Michel Ferry est le nouveau Président National. La période de transition est terminée, une nouvelle page se tourne, avec une lettre de mission claire . Mais rien n’est facile. Pour avancer, un emploi sur Toulouse pour le groupe Pyrénées nous permettrait de répondre à toutes les enquêtes publiques de la région Occitanie. Réfléchissons ensemble en 2019 à un dossier, « projets innovants »  Agences de l’eau Adour Garonne, (Prévisions du budget d’intervention sur 6 ans, 1.5 millions d’euros).

Le  groupe de réflexion Pyrénées 09, 31, 65, 64 ; commence à fonctionner mais manque de bonne volonté. L’objectif  de cette équipe est de réfléchir, développer et valider l’avenir du groupe Pyrénées. Avec comme volonté de tendre dans quelques années vers  un groupe ADOUR GARONNE, qui aurait une coordination dans chaque département.

Sont venus nous rejoindre:

  • Patrick Laurent (ancien ONEMA) coordinateur  64
  • François Orio coordinateur 11

Ce sont de bonnes nouvelles.

Synthèse de nos réunions pour l’année 2018

Plan d’Action du changement Climatique (PACC)

juillet 2018 la parution du PACC de l’AEAG est une véritable bombe à retardement,  tout citoyen devrait lire ce document, il est consultable sur le site de l’agence de l’eau  Adour Garonne.

Martin Malvy, (Ancien président de région, et président de l’agence de l’eau Adour Garonne) et Eric Orsena notre représentant de la France à l‘OIE (office international de l’eau) disent, à l’horizon 2050 au plus tard, soit “demain matin” :

  • ALERTE ROUGE.FIN DU CLIMAT TEMPÉRÉ.
  • OCCITANIE RÉGION LA PLUS IMPACTE DU TERRITOIRE.E

E.Orsena conclut : « L’eau sa rareté, nous rendra-t-elle plus intelligents ? ».


Charte engagement Plan d’Adaptation au Changement Climatique 2018 :

  • A l’échéance de 2050, le grand sud-ouest sera la partie du territoire la plus impactée par le dérèglement climatique. L’eau deviendra un facteur limitant aussi bien pour les populations locales que pour les activités économiques et aura des conséquences dramatiques pour les milieux aquatiques, les zones humides et la biodiversité. Le climat de Bordeaux et Toulouse sera celui de Valence et Madrid.

Projet nouveau barrage de Poutès

Enquête publique concernant le barrage de Poutés

Les objectifs pour 2020 ne seront pas atteints.

La production primaire d’énergies renouvelables est en hausse chaque année  mais  les objectifs de production et de consommation d’énergies renouvelables fixés pour 2020 par la France ne seront malheureusement pas atteints à temps mais les statistiques et les différents relevés montrent que les filières s’en approchent fortement.

Le problème étant le stockage et de pouvoir moduler l’éolien et le solaire avec l’hydroélectricité qui traine les pieds en matière de continuité écologique sur nos cours d’eau.

En effet, il a fallu plusieurs dizaines années avant que soit mis en place le dixième du module pour le « débit réservé » dans nos cours d’eau  afin de préserver les milieux aquatiques. De même  que pour la “continuité écologique”  afin que les espèces migratrices puissent circuler librement et rejoindre les lieux de frayères où la France est très en retard sur ses engagements.

EDF qui a pour le moment, le monopole sur cette énergie préfère construire des barrages à l’étranger que de s’occuper des barrages en France et de préférer la production d’électricité  à la préservation des milieux aquatiques comme dans ce projet ” Nouveau Poutés optimisé ” contre lequel nous avons déposé à l’enquête publique (voir déposition) et les pièces annexes qui s’y rapportent:

Après certaines interrogations à la commission d’enquête ,vous trouverez ici la réponse (voir réponse)

Projet de microcentrale à Chanteuges

Communiqué de Presse:

Mardi 4/12/2018

Opacité et mépris ne sont plus admissibles!

Le préfet Haute-Loire vient de publier le 15 novembre un arrêté (n°DDT-SEF-2018-316) portant règlement d’eau de la microcentrale du Moulin d’en Haut sur la Desges à Chanteuges, alors que ce projet aberrant est dénoncé depuis près d’un an par un collectif de citoyens, d’élus et d’associations [1] et que des procédures juridiques sont toujours en cours.

cet arrêté est à l’image du reste du projet, c’est-à-dire opaque ( voir l’arrêté).

Travaux octobre 2017

En effet, les pièces annexes ne sont pas rendues publiques. Malgré les demandes incessantes pour plus de clarté sur ce projet, le promoteur en l’occurrence la Communauté de communes des rives du Haut-Allier et maintenant le Préfet s’obstinent à refuser aux citoyens et associations les moyens de s’informer, invoquant des arguments ridicules de secret commercial ou industriel qui n’existe pas dans ce cas.

Cette politique du secret, invoquant des arguments plutôt folkloriques, ce mépris pour les citoyens sont révoltants.

Faut-il rappeler que l’eau des rivières est un bien commun, qui appartient à tous ? Que ni une collectivité locale ni l’État n’en sont propriétaires ? Que si c’est bien l’État (en l’occurrence le préfet) qui peut donner le droit de l’utiliser pour un usage industriel, il le fait au nom du peuple ? Et que les citoyens sont en droit et ont même le devoir, comme le demande notre Constitution, de vérifier ce qui est fait en leur nom.

Opposition locale

La démocratie a besoin de transparence pour bien fonctionner. Aujourd’hui force est de constater des manquements, voire une certaine arrogance des décideurs dans les services de l’État et les collectivités locales vis-à-vis des citoyens en leur refusant les moyens de s’informer et éventuellement de contester sur des bases documentées leurs décisions. Ce mépris est plus que jamais détestable et n’est plus admis.

Nous attendons que la Communauté de communes publie des informations détaillées sur ses projets – payés rappelons-le par les contribuables que nous sommes tous. Nous attendons aussi du préfet de la Haute-Loire qu’il publie les documents sur la base desquels il a pris son arrêté. Sans se cacher derrière un secret commercial ou industriel qui n’existe pas dans ce cas.

Annexe 1 : Un refus de communiquer des pièces du projet aberrant

Le promoteur public du projet de microcentrale sur la rivière Desges – la Communuaté de communes des rives du Haut-Allier – a toujours refusé de communiquer aux citoyens l’étude technico-économique du projet, le mémoire technique le présentant, ou les plans d’exécution. La Commission d’accès aux documents administratifs saisie par un habitant lui a donné raison, estimant que ces documents étaient protégés par le secret en matière industrielle et commerciale.

Travaux arrêtés novembre 2017

L’arrêté préfectoral du 15 novembre 2018 s’appuie dans ces attendus sur différents éléments techniques transmis par le promoteur, « notamment les plans des ouvrages de franchissement piscicoles et de transit sédimentaire ». Ces documents ne sont pas publics jusqu’à présent. Le secret en matière industrielle et commerciale sera-t-il une fois de plus mis en avant pour refuser le simple plan d’un ouvrage construit sur une rivière ?

L’article 5 de l’arrêté énonce “Du seuil à l’ouvrage de mise en charge, le bief sera conservé à l’air libre et dans les gabarits existants (cf plan topographique). Les opérations d’entretien normales (curage, stabilisation des berges) sont seules autorisées. ». Mais l’arrêté a été publié sans le plan topographique de cette partie amont du bief, bien qu’il fasse partie du texte de l’arrêté lui-même. Le plan d’un bief à l’air libre est-il lui aussi « protégé par le secret en matière industrielle et commerciale » ?

Annexe 2 : le projet de microcentrale de Chanteuges, un non sens

Alors que les services de l’État, des collectivités locales, des associations travaillent depuis plusieurs décennies sur le bassin de l’Allier (notamment dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature) – avec des résultats à la clé – à l’amélioration de la qualité des cours d’eau, de la vie aquatique et du patrimoine, à Chanteuges, un projet de microcentrale sur la Desges est en cours.

Opposition locale

Ce chantier démesuré pour une installation de 76 kW de puissance nette (soit une production d’électricité pour moins de cinquante foyers, dix fois inférieure à la production d’une éolienne de même coût) ne tient absolument pas compte des enjeux du territoire : la Desges est une rivière remarquable, classée en liste 1 et 2, en très bon état écologique, hébergeant diverses espèces protégées dont le saumon atlantique, la lamproie de Planer, le chabot. Chanteuges est un site remarquable que viendrait défigurer une conduite forcée, voire un canal de béton de 600 mètres.

Entaché d’incohérences juridiques, ce projet doit être abandonné au plus vite.

[1]    Chanteuges Préservation du Patrimoine, la mairie de Chanteuges, la fédération de pêche 43, le Conservatoire National du Saumon Sauvage, SOS Loire Vivante – ERN France, le Chant des rivières, l’AAPPMA de la basse Desges, l’association Allier Sauvage, l’AIDSA, ANPER – TOS, Fous de Toc, la FRANE, l’APS, le REN 43.

Contacts :

  • Ivan Joumard, président Chanteuges Préservation du Patrimoine, 06 51 99 78 52
  • Lionel Martin, président Fédération de Pêche de Haute-Loire, 06 89 35 17 44
  • Franck Noël Baron, maire de Chanteuges, 06 21 34 74 05
  • Joël Herbach, président Allier Sauvage, 06 08 17 23 58
  • Roberto Epple, président SOS Loire Vivante – European Rivers Network, 06 08 62 12 67
  • Martin Arnould, Le Chant des Rivières, 06 22 93 63 07
  • Philippe Mery, secrétaire Aidsa, 06 18 30 53 01
  • Marc Saumureau, Président Frane, 06 32 89 84 08
  • Renaud Daumas, Président REN Haute-Loire, 07 83 67 92 10
  • Françoise Quintin, 06 87 91 58 12
  • Jean Michel Ferry, Président ANPER-TOS, 07 78 25 40 51
  • Louis Sauvadet, Président Association de Protection du Saumon, 06 89 87 41 23

Plus d’informations :
www.ern.org/fr/chanteuges/ ou www.chantdesrivieres.org/microcentrale-chanteuges/